Le format JT de Siemens Industry Software normalisé ISO

En décembre 2012, l’International Standard Organization (ISO) a voté pour la normalisation du format JT de données 3D. La norme ISO 14306:2012 « Industrial automation systems and integration — JT format file format specification for 3D visualization » est donc entérinée, ce qui fait du JT le premier et unique format 3D à la norme ISO dans le monde du PLM. Petit rappel de ce qu’est le format JT et ce qu’entraîne sa normalisation.

Le format JT, c’est quoi ?

C’est est un format d’échange de données 3D, au même titre que les formats STEP, Parasolid ou IGES. Un fichier JT peut contenir des surfaces NURBS (face plane, cône, sphère, tore, bspline par exemple) ou des surfaces facétisées. Les premières sont l’équivalent du Parasolid et permettent d’être importées et manipulées dans un logiciel de CAO tel que Solid Edge. Les secondes sont l’équivalent du STL et permettent simplement la visualisation. Elles sont l’avantages d’être extrêmement légères.

Un fichier JT peut également enregistrer les PMI (Product Manufacturing Information), c’est-à-dire les côtes et annotation placées sur le 3D. Il peut également contenir des métadonnées tels que la désignation, nom de projet, codification etc. renseigné dans Solid Edge ou un logiciel de gestion de données. Le format JT est ainsi utilisé comme fichier de visualisation par Insight XT et Teamcenter.

Le format peut aussi enregistrer les informations de textures et de lumière, et inclus un algorithme de compression des données, ce qui permet de limiter au maximum le poids des fichiers. Pour en savoir plus sur ce format :

Enfin, le format JT permet au choix :

  • D’enregistrer en un seul fichier tout un assemblage, comme les STEP ou les Parasaolid (x_t)
  • D’enregistrer un fichier pour l’assemblage principal, et un fichier par composant.
  • De reproduire l’arborescence complète de l’assemblage, avec ses sous assemblages et composants.

L’intérêt ? Le lien avec le fichier d’origine est gardé, de sorte que si un seul composant est modifié, seul ce composant a besoin d’être exporté et réimporté, au lieu de tout l’assemblage ! Et Solid Edge le fait automatiquement en exportant l’assemblage : si les pièces JT existent déjà, il ne les réexporte pas, si des pièces JT n’existent plus, il les supprime. A la réimportation, les pièces sont replacées dans l’assemblage, sans perte de lien. Un gain de temps non négligeable lorsque l’on manipule des assemblages de plusieurs centaines de pièces et de mégaoctets !

Tous ces paramètres sont accessibles depuis la fenêtre d’options lors de l’exportation dans Solid Edge : …

Quelques Réglages Windows pour Solid Edge

Ce guide quelques réglages Windows permet d’améliorer dans certains cas le fonctionnement de Solid Edge, mais aussi parfois l’ensemble de la machine.

Travailler en réseau avec Windows

Vous rencontrez des problèmes d’écriture sur le réseau, des fichiers qui passent en lecture seul, l’impossibilité de renommer un dossier sur le réseau ? Des réglages windows peuvent dans certains cas résoudre une bonne partie des problèmes, que vous utilisiez Solid Edge ou non. Windows enregistre par défaut l’affichage des vignettes dans un fichier caché thumbs.db. Ce fichier reste parfois ouvert, ce qui empêche le bon fonctionnement du dossier réseau. Il est possible de désactiver ce paramètre, sans causer de dysfonctionnement de Windows.

Importation d’un fichier DWG Autocad

De nombreux fichiers non natifs peuvent être ouverts avec Solid Edge : des fichiers DWG, DXF mais aussi des fichiers neutres comme le STEP, JT, Parsolid, etc. Pour chacun de ces formats de fichier, Solid Edge nous propose des options de conversion. Ce guide présente les nombreux paramètres de conversion  et d’importation de fichiers DWG, Autodesk Autocad.

Ouverture d’un fichier CAO au format DWG

Avant d’ouvrir un fichier DWG non Solid Edge, il faut s’assurer que l’option Types fichier soit sur « Tous les documents » (ou le format recherché) pour pouvoir le sélectionner.

Importation dans Solid Edge d'un fichier Autocad DWG

Les Options d’ouvertures d’Assemblages Solid Edge

Lors de l’ouverture d’un assemblage complexe, pour diminuer les temps de chargement, il est conseillé de :

  • Alléger l’utilisation de la carte graphique en chargeant le nombre minimal de faces d’une pièce (utiliser pour cet objectif les pièces simplifiés et les assemblages simplifiés)
  • Alléger l’utilisation de la mémoire, en chargeant le nombre minimal de pièces d’un assemblage (pour cet objectif, masquer toutes les pièces qui ne sont pas nécessaires, utiliser les pièces en tant que non disponibles, les assemblages simplifiés, les zones et les configurations d’affichage)

Pour cela, Solid Edge dispose d’options d’ouverture disponibles dès l’ouverture du fichier.

Options d'ouverture Solid Edge

Créer une image d’un éclaté Solid Edge

Il existe trois façons de produire une image d’un éclaté Solid Edge :

  • Effectuer une mise en plan classique : permet de définir des styles d’arêtes.
  • Effectuer une mise en plan détachée du modèle 3D : Permet en plus de supprimer arbitrairement des traits ou d’en rajouter.
  • Utiliser la vue active d’un éclaté dans l’environnement 3D : permet de définir les styles de traits.

La fonction pièce ajustable dans Solid Edge

Ce guide est une mise à jour pour la version ST3 de Solid Edge.

La fonction « pièce ajustable » permet de représenter les pièces « déformables » dans des assemblages Solid Edge. En fait, la notion de pièce déformable n’existe pas en CAO. Les pièces ajustables donnent la possibilité de recréer des déformations importantes. L’exemple typique d’utilisation de cette fonction est le ressort dont la longueur peut varier énormément.

Dans un guide précédent, nous avions décrit comment créer une pièce ajustable et comment la placer dans un assemblage. Dans ce guide, nous présentons les nouveautés apportées par Solid Edge ST3 :

  • La possibilité de faire une matrice de pièces ajustables.
  • Un nouveau mode de pièce ajustable : ajuster pour permettre les relations d’assemblage